Une approche punitive alarmante face à la pandémie de COVID-19 : analyse des données policières

Une approche punitive alarmante face à la pandémie de COVID-19 : analyse des données policières

Ce rapport est le premier que dépose le Comité de suivi des appels à l’action de la Commission Viens. Il vise à donner un aperçu de la mise en œuvre par le gouvernement du Québec des recommandations du rapport final de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec: écoute, réconciliation et progrès (CERP), aussi connue sous le nom de Commission Viens.

Comité de suivi des appels à l’action de la Commission Viens

Comité de suivi des appels à l’action de la Commission Viens

Ce rapport est le premier que dépose le Comité de suivi des appels à l’action de la Commission Viens. Il vise à donner un aperçu de la mise en œuvre par le gouvernement du Québec des recommandations du rapport final de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec: écoute, réconciliation et progrès (CERP), aussi connue sous le nom de Commission Viens.

Judiciarisation de l’itinérance à Montréal

Judiciarisation de l’itinérance à Montréal

La présente étude a permis d’analyser 50 727 constats d’infraction émis à Montréal entre 2012 et 2019 contre des personnes qui ont déclaré l’adresse d’un organisme en itinérance en vertu du règlement municipal c. P-1 concernant la paix et l’ordre et des règlements R-036 et R-105 de la STM. Les constats de l’étude sont multiples, mais ils renvoient tous à une aggravation de la situation en regard du profilage social exercé.

L’inertie municipale face au profilage racial à Repentigny

Oct 21, 2021 | Publications de l'ODP

Consultez le rapport disponible en ligne

La mort de Jean René Junior Olivier, homme noir de Repentigny s’ajoute à la trop longue liste de personnes racisées et souffrant de difficultés personnelles tombées sous les balles de policiers. Elle est également un évènement de trop dans les nombreuses situations de profilage racial vécues par des résidents et des résidentes noir.e.s de Repentigny ces dernières années.

Le plus souvent, les situations de profilage racial sont rapportées et documentées à partir des grands centres urbains. Repentigny, au 13e rang des villes les plus populeuses du Québec n’a pas fait l’objet d’une recherche approfondie sur les enjeux de profilage racial vécus sur son territoire du point de vue des personnes concernées. Pourtant, force est de constater que tant devant les tribunaux, que dans les médias, les situations de profilage racial dénoncées par les personnes qui en ont fait l’objet sont nombreuses à Repentigny dans les dernières années.

La composition de sa démographie actuelle comprend un pourcentage croissant de populations issues des communautés noires, arabes, latino-américaines et asiatiques. Pour autant, cette diversité ne semble pas être considérée comme une richesse interculturelle qui peut alimenter un vivre-ensemble harmonieux. Au contraire, au cours des cinq dernières années, les communautés ethnoculturelles, notamment les communautés noires, font l’objet de pratiques de surveillance, d’interpellations et d’arrestations de la part des forces policières qui, alimentées par des préjugés et des stéréotypes, produisent des situations de profilage racial.

Ce document, produit par Lakay Média avec l’appui de l’Observatoire des Profilages de l’Université de Montréal, retrace les principaux faits et événements survenus dans cette région au cours des cinq dernières années tant en regard des expériences de profilage racial vécues par certains citoyens et certaines citoyennes qui les ont dénoncées, qu’en regard des actions réalisées par Lakay Média pour lutter contre les profilages à partir des articles de différents journaux les rapportant.

L’un de nos objectifs est de mettre en évidence des faits saillants qui caractérisent le profilage racial afin de contraster cette situation avec le comportement invariable de déni et d’inertie de la part des services de police et de la ville. D’ailleurs, au même moment où ce rapport est publié, un rapport de chercheurs, Armony et al., (2021) dévoilé dans un article de la Presse montre que les personnes noires sont trois fois plus susceptibles d’être interpellées que les personnes blanches selon les données policières de la Ville de Repentigny. En outre, les policiers interrogés nient encore le profilage racial, présentant le plus souvent les citoyens plaignants comme des militants en quête d’argent et de médiatisation.

Utilisant une trame historique, le texte cherche à rendre compte à la fois d’un cumul de situations de profilage racial médiatisées et des différentes actions individuelles et collectives entreprises, notamment par des personnes des communautés noires, pour dénoncer ces inégalités de traitement policier et les faire cesser.

Au récit des dénonciations, des revendications, des actions des personnes des communautés noires, s’ajoutent les discours et les actions du service de police et de la ville de Repentigny, qui le plus souvent nient l’existence d’un problème de profilage racial ou réduisent la question à un enjeu de relations interculturelles. Pourtant, la question du profilage racial et des moyens d’y faire face repose d’abord et avant tout sur la reconnaissance que tout résident et toute résidente a le droit à une égalité réelle de traitement dans ses interactions avec les forces policières. C’est cette égalité qui peut contribuer à une coexistence harmonieuse, en éliminant les injustices produites par les pratiques de profilage racial. Le droit à une égalité de traitement est la source même des droits fondamentaux énoncés par nos Chartes; l’ignorer c’est renoncer à notre état de droit.

En retraçant dans ces pages les histoires que différents médias de Montréal et de Repentigny ont portées à la connaissance du public, il s’agit de montrer comment, malgré des discours sur le vivre ensemble, la ville de Repentigny et son service de police ne sont pas parvenus à reconnaître les discriminations que vivent certaines personnes issues des communautés racisées, notamment les communautés noires, dans leurs interactions avec des agents policiers et à s’engager pour y mettre fin.

En s’appuyant sur une trame historique (2017-2021) pour retracer les témoignages ainsi que les actions entreprises par Lakay Média pour dénoncer les situations de profilage social à Repentigny, le document souhaite dans un contexte électoral, attirer l’attention des autoritées concernées vers des solutions intégrales et durables, co-construites avec les communautés concernées, pour rétablir l’égalité de traitement due à l’ensemble des citoyens et citoyennes de Repentigny

Entre la répétition des interceptions hostiles dans la rue, les inévitables plaintes auprès des instances officielles et les manifestations publiques devant les bâtiments gouvernementaux, Lakay Média démontre par ce texte qui retrace cinq années d’actions et de médiatisations, l’importance de maintenir une vigilance et une constance dans la défense des droits des personnes racisées. Faire reconnaître l’existence du profilage racial à Repentigny et y mettre fin constitue non pas simplement une démarche militante mais bien au contraire, l’expression d’un attachement à un état de droit, qui reconnaît l’égalité de traitement entre tous les citoyens et les citoyennes, peu importe leur âge, leur couleur de peau, leur conviction religieuse, notamment dans leur relation avec différents services publics, dont les services de police.

Share This