Conséquences de la judiciarisation et des approches coercitives de la gestion de la pandémie de COVID-19 au Québec

Conséquences de la judiciarisation et des approches coercitives de la gestion de la pandémie de COVID-19 au Québec

Dans le cadre des journées annuelles de santé publique (JASP) 2022, l’Observatoire des profilages organise une demie-journée de formation pour les acteurs et actrices de la santé publique autour des Conséquences de la judiciarisation et des approches coercitives de la gestion de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le gouvernement du Québec a mis en place de nombreuses mesures sanitaires en les articulant autour de stratégies classiques de promotion, d’éducation, de prévention et de protection de la santé et de stratégies coercitives contraignantes plutôt que convaincantes.

Le Québec est la province canadienne qui a émis le plus grand nombre de constats d’infraction en vertu de la Loi sur la santé publique, donnant publiquement aux corps policiers le mandat d’agir en soutien à la santé publique, même si l’efficacité de la répression pour répondre à une menace infectieuse était méconnue tout comme les conséquences de cette action répressive.

Des recherches menées sous l’égide de l’Observatoire des profilages de l’Université de Montréal témoignent que cette judiciarisation a eu des conséquences sur les populations marginalisées et racisées et sur les territoires défavorisés, exacerbant de facto les inégalités sociales préexistantes. Elles montrent également le renforcement de la méfiance de ces groupes comme celle de la population générale à l’endroit de la santé publique perçue comme un acteur répressif ce qui ouvre la porte à des critiques en soi des mesures sanitaires et de la posture générale des autorités de santé publique.

À la fin de la demi-journée, les participantes et les participants seront en mesure :

  • d’expliquer la nature et les effets de la judiciarisation de la gestion de la pandémie;
  • d’examiner les conséquences des stratégies punitives sur les actions de santé publique;
  • d’examiner les enjeux des stratégies punitives sur les actions de santé publique futures.

Présentations :

  • Véronique Fortin, B.C.L/LL.B; Ph. D., Criminologie, droit et société, professeure, Faculté de Droit, Université de Sherbrooke
  • Marianne Quirouette, Ph. D. Criminologie, professeure, École de criminologie, Université de Montréal
  • Céline Bellot, Ph. D. Criminologie professeure, École de travail social, Université de Montréal

Animation :

  • Bernard St-Jacques, M. Sc. Sciences politiques, directeur, Clinique Droit Devant.
  • Boromir Vallée-Doré, M. Sc. Travail social, coordonnateur du Réseau Solidarité Itinérance du Québec.

Programme de la demie-journée 

Inscription

Pour consulter la programmation complète

Ajouter au calendrier